di-

di- Élément, du gr. di- « deux fois ».

di- Préfixe entrant dans la composition de nombreux mots pour indiquer la duplication.

di-
élément, du gr. dis, "deux fois".

I.
⇒DI-, préf.
Préf. sav. signifiant « deux fois, double ».
A.— [Formateur de subst. ou d'adj. appartenant à différents domaines techn.]
1. Di- + mot autonome d'orig. sav., gén. gr. : dichromatique, dicotylédone(s), diencéphale, dipolaire, dipôle.
2. Di- + 2e élément de compos. d'orig. sav., gén. gr. : dibranche(s), dièdre, dimorphe, diode, diodon, dioïque, diphasé, dipneustes. Noter aussi :
dicéphale, adj. 1. Hist. naturelle. Qui a deux têtes ou deux sommets (Ac. Compl. 1842). 2. Tératologie. (Monstre) qui a deux têtes (cf. LITTRÉ)
digraphe, adj. et subst. masc. a) Adj. « Qui est écrit en deux écritures différentes ». L'existence [à Chypre] d'inscriptions non pas bilingues mais digraphes (Rev. critique, 21 oct. 1876, p. 257 ds LITTRÉ). b) Subst. masc. Synon. de digramme (Lar. Lang. fr.)
digraphie, subst. fém., comptab. « Tenue des livres en partie double (par oppos. à unigraphie) » (Lar. encyclop.)
diplégie, subst. fém., méd. « Paralysie des membres s'étendant aux deux côtés du corps, par oppos. à l'hémiplégie, qui n'affecte qu'un côté » (Lar. 19e). Une paralysie bilatérale ou diplégie faciale (QUILLET Méd. 1965, p. 367)
dipode, adj. et subst. masc., zool. « Qui a deux membres ou deux organes analogues à des pieds » (Lar. 19e; dep. BOISTE 1819)
disthène, subst. masc., minér. « Silicate naturel d'aluminium, qu'on appelait autrefois talc bleu. T. créé par Haüy en 1801, à cause de la double vertu électrique de ce corps » (d'apr. Lar. Lang. fr.). Disthène. — Prisme oblique non symétrique (DES CLOIZEAUX, Propr. opt. biréfringentes, 1857, p. 66)
B.— Spéc., CHIM. Formateur d'adj./subst. exprimant la présence de deux atomes, deux molécules, deux rad. ou deux groupes :
diacide, dialcool. Un mélange d'un diacide et d'un dialcool purs (CHAMPETIER, Chim. macromol., 1957, p. 66)
diphénol. Extraire de la lignine un diphénol ou un acide diphénol (Industr. fr. bois, 1955, p. 17)
diphosphate. Des mononucléosides diphosphates (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p. 69)
Productivité. Di- n'est réellement vivant que dans la lang. de la chim. mod., où il tend à supplanter bi-. En dehors de ce domaine, le préf. vivant est bi- (cf. bi-, in fine). C'est habituellement la règle qui veut que les deux composants aient la même lang. d'orig. qui explique l'existence de formations en di-. Dibranche (2e terme d'orig. lat.) traduit sans doute un phénomène de différenciation phon. (souci d'éviter la répétition de /b/ qui se produirait dans bibranche).
Prononc. et Orth. :[di]. Double l's devant un mot commençant par s pour conserver le son dur, ex. dissyllabe [disilab]. Étymol. et Hist. Empr. au préf. gr. - plus rarement -, tiré de l'adv. « deux fois ». Attesté en fr. dans des empr. : dicrote, didactyle, didrachme, diphtongue, diptères, diptyque, dissyllabe, etc. Bbg. GOHIN 1903, p. 263 (s.v. dicéphale).
II.
⇒DI-, voir DIA-1.

di-
Élément du grec di-, signifiant deux fois. Bi-, bis-; et aussi dicho-.REM. L'élément bi-, de même sens, est resté plus productif que di-, sauf en chimie où ce dernier sert à former de nombreux composés.
tableau Vocabulaire de la chimie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.